Tous droits réservés © 2023 · En...Vie d'Être • un retour vers soi - Florence Allexeline ·

Textes Florence Allexeline

"Les pierres précieuses sont trouvées dans les profondeurs sombres de la Terre, tel le Divin diamant de ton Être qui t'attend au coeur de tes ombres les plus profondes."

Force et Délicatesse

JE suis là, partout, tout autour de toi, Force et Délicatesse. Regarde Tout ce qui t’entoure et tu pourras voir que Je Suis partout. Tu peux commencer à te reconnaître en Cela, en toutes choses de ce monde. Regarde cet arbre, vois la Force qu’il dégage, et la délicatesse de ses feuilles. Regarde cette cascade, et voit cette Force qu’elle dégage et la délicatesse de son eau. Regarde cet animal, goutte la Force de ses pattes et à la délicatesse de ses couleurs, plumes, poils ou écailles. Regarde cette pierre d’Opale, vois cette Force compacte et la délicatesse de ses couleurs. Regarde cette femme, et vois cette Force intérieure et la délicatesse de ses courbes. Regarde cet homme, vois cette Force puissante et la Délicatesse de son partage. Regarde cet enfant, et vois la Force de Vie de son regard et la Délicatesse de l’Amour qui s’en émane. Regarde chaque personne que tu croiseras et cherche ainsi à voir Cela, et quant tu le sentiras, tu iras voir en toi, pour y trouver Ta Force et Ta délicatesse, qui ne sont autre que Miennes. Ta Force de Vie est Là, la Délicatesse de l’Amour en toi et à rencontrer, au Coeur de toi-même. Car tout ce que tu pourras voir à l’extérieur ne te montrera jamais où ils se trouvent en Toi. Alors viens, abandonne toi au creux de Moi, dépose tes armes, dépose tes joies, dépose tes larmes, dépose tout ce qui vit en toi. Laisse couler cette Force de l’Amour.
Je Suis Là, Je t’accueille dans ta totalité, à toi de t’offrir à Moi.

" Lorsque ton esprit aura rencontré tes propres enfer-me-ments, qui ne sont autres que les blessures profondes du Coeur en toi-même, ce sur quoi tu te violentes, sur ce quoi tu poses un jugement, sur toi ou sur les autres, là où tu vois une division entre toi et ce que tu vois. Ce n'est que ton propre enfer, "en-fer" : le plomb, ce qui pèse en le coeur et le corps. 
Lorsqu'ils seront par toi-même, reconnus, accueillis, embrassés, aimés : mis en lumière au plus profond de ton être, alors ce plomb ce transformera en or, cet or qui n'est autre que ta propre Lumière Intérieure. La simplicité de ce que tu es vraiment révélée en toi-même, te laissera voir le monde (qui n'est autre que toi-même) dans sa magnifique splendeur, parfaite à chaque instants. Alors plus rien ne sera à juger, à justifier, à rejeter. Tu seras libre de toi. 
Aimes-toi du plus profond de ton coeur, jusqu'à aimer la totalité de ce que tu vois comme étant tes imperfections, alors tu découvriras de plus en plus ta Véritable splendeur… celle qui voit que ce Coeur est l'Essence de toutes Vies. "

Se reconnaître totalement n'est pas une histoire de savoir faire quoi que cela soit, mais bien une relation d'Amour avec et en Soi-même, un lâcher-prise de ce que désir ton esprit personnel, un abandon total à plus grand que soi.

Réapprendre à laisser parler le coeur lorsqu'il te livre ce qu'il contient. ÊTRE avec, n'est pas FAIRE avec. Faire demande un effort ; Être laisse couler sans condition ce qui est là. Laisser l'Être reprend sa place, c'est retrouver une relation intime avec soi, pour pouvoir Être en intimé avec le monde dit "extérieur".
Quelle est la qualité d'écoute que tu portes à ton être ? Comment te rencontres-tu en ton coeur ? Laisses-tu le désespoir te traverser ? Ouvres-tu cet espace en toi, qui te crie avec amour que tu as juste à lâcher-prise, à laisser aller toutes tes pensées, sur comment la vie doit être, sur ce qu'il devrait se passer ? Libères-toi de tout ce poids en ton coeur, laisses le danser la danse qu'il te propose, même si tu en perds l'équilibre, même s'il te semble te noyer en ses larmes, l'amour ne tue pas, l'amour met en lumière ce qui n'est plus nécessaire de garder à l'intérieur. Le coeur, le corps est le temple dans lequel l'Amour sans nom, sans définition, t'appel à apparaitre dans toute ta splendeur. Viens au creux de toi Amour, laisse toi vibrer, traverser par ces mouvements intérieurs, juste par amour pour toi, par amour pour moi, car toi et moi sommes ce même Amour.

L ’Amour

Que de fois ce mot aura fait couler de l'encre… et en fera encore couler.
Que de fois avons-nous tentée de lui donner un sens, sans en connaître l'essence.
Que de fois l'avons-nous cherché, pensant ne jamais le trouver.
Que de fois l'avons-nous renié en nous-mêmes, attendant un je t'aime.
Que de fois l'avons-nous pleuré, pensant être esseulé.
Que de fois avons-nous cru l'avoir perdu, alors qu'Il attend patiemment ta mise à nu.

Mon Amour, je vois tant de tristesse en toi, tant de souffrance, tant de jugements, tant de critique sur toi-même et le monde, tant de honte… que j'ai envie de te partager ceci…rien qu'à toi.

Amour… abandonne tout ce que tu crois être, rapproche-toi de ton coeur et laisse s’exprimer ce qu'il retient. Laisse les larmes coulées, laisse cette violence intérieure s’exprimer, laisse-toi toucher, laisse-toi aller avec confiance, viens… abandonne toi à Moi.

Saches que Je/je vois l'Amour que tu Es et qui ne demande qu'à s'exprimer, qui ne demande qu'à se partager. Aspire à laisser couler l'Amour dans ton corps tout entier, sans en retenir le moindre scintillement.
L'Amour te tant les bras à chaque seconde, en commençant au centre de « toi-maime », là dans ton corps, car c’est là qu’il se trouve, blotti sous tes blessures. L’Amour est là tout proche, au plus profond de toi, sens-le vibrer comme je/Je le ressens.

Dire je ne suis pas le corps, permet de ne plus s'identifier au corps, permets de ne plus se prendre pour le corps et voir qu'il fonctionne de lui-même. Le coeur bat, le sang circule, les membres bougent, tout ce qui le compose vit de lui-même. Voir qu'il est le temple où il est possible de dé-couvrir ce que nous sommes vraiment. Puis un jour, il est vu que nous sommes aussi le corps : paradoxe Cela ce reconnait par/en le corps. Nous sommes le non manifesté ET le manifeste, Tout ce qui est Est Cela, notre essence véritable. Nous sommes le parfum, le reflet de l'Un, dans toute Sa magnificence. Dans toute notre beauté incarnée. Unité = Division (des formes dans la forme incarnée). Il pourra être vu (ou pas), que Je/je Suis/suis Tout ce qui Est.

Deux aimants

Ils se sont longtemps repoussés, car chacun ne voulait se retourner.

Mais la volonté de Vie, les a amené à se regarder.

Alors ils ont découvert, qu’ils avaient une double polarité.

Il n’était plus question de se tourner le dos, se mettre à l’envers était un cadeau.

Apellés à entrer dans ce chaos, pour y trouver toute son intimité.

Longtemps ils l’avaient caché, par peur de s’y regarder.

Alors ils y découvrirent bouleversé, toute la puissance de leur unité.

Leur dualité intérieure était passée, ils ne retourneraient plus dans le passé.

Dès lors ils se sont rencontrés, irrésistible appel de la Divinité.

Irrésistible attirance de l’un vers l’autre, reconnaissant cette double polarité.

Enfin ils peuvent danser, et voir toute leur Majesté.

Les aimants rassemblés, ont retrouvé l’Unité.

Bien Aimée

Depuis le tout début tu as touché mon coeur, le fait que nous vivions ensemble n’a jamais été une erreur.

Tu fais partie de moi depuis toujours, pourtant j’ai refusé de voir tes pleurs à la lueur du jour.

Il y avait tant de douleur, au fond de mon coeur.

Tu as vu le jugement, celui qui ment.

Tu as été ignorée, tu devais trop déranger.

Tu as été rejetée, tu mettais trop de clarté.

Ils ne savaient pas, je ne savais pas, nous ne te connaissions pas.

Oh bien Aimée !

Tu as pris tant de couleurs, à m’en faire exploser le coeur.

Tel le Feu, qui autant peut venir me brûler, que réchauffer mes jeux.

Tel l’Eau, qui autant peu laver, que noyer.

Telle la Terre, qui accueille les naissances tout autant que les morts.

Tel l’Air, qui emporte tout dans son Souffle, d’un simple coup d’aile.

Oh bien Aimée !

Nous ne nous étions jamais vraiment rencontré, il faut dire que tu étais bien cachée.

Tu as tellement pleuré, que je m’y suis noyée.

Tes larmes me touchaient tellement profondément, que c’était un effondrement.

Tu était là à toucher mon intimité, que je n’osais te regarder.

Oh bien Aimée !

Tu as tant criée, que tu m’as brûlé.

Je t’ai parfois adoré, mais aussi rejeté.

Tu as su aussi être douce, révélant ainsi ta Source.

Je n’avais pas vu que les fois où tu me déchirais, que cela aussi était de l’Amour.

J’ai voulu tant de fois me séparé de toi, mais je ne le pouvais pas, tu fais parti de moi.

Je sais maintenant que tu étais mon joyaux le plus précieux, car tu m’as fais toucher le Merveilleux.

Ce jour où j’ai accepté, que tu sois au plus près de moi dans mon entièreté.

Ce jour où je t’ai accueilli, en étant plus dans le déni.

Pour la première fois dans l’Intimité, depuis toutes ces années, je t’ai vraiment embrassé.

Ce jour où de toute ta puissance tu m’as crié : accepte moi comme étant toi !

Alors nous nous sommes vraiment enlacée, le temps s’est alors arrêté, à fin de nous marier.

J’ai vu "qui" nous étions vraiment, la Lumière du firmament.

Le jour où j’ai épousé ma sensibilité, Je Suis enfin née.

Au Coeur de l’intime, nous sommes enfin réunis.

J’ai vu que nous étions Tout, il n’est plus deux entre nous.

Nous sommes vibrations, qui Est le Coeur de la Vie à l’unisson.

J’ai vu que nous étions la Vie, dans cette folle aventure qui étourdie.

Nous sommes TOUT ce qui Est !

Oh ma bien Aimée !

L'En…Vie profonde du Coeur de l'Être est l'expansion de l'Amour lui-même. Ensemble nous créons le monde.